Téléconsultation et coronavirus : Un outil supplémentaire, pas une solution miracle

L’actualité sanitaire mondiale est largement dominée par le coronavirus. Parmi les recommandations officielles du gouvernement, on lit : “En cas de signes d’infection respiratoire dans les 14 jours suivant le retour d’une zone où circule le virus, ne vous rendez pas chez votre médecin traitant ou aux urgences, pour éviter toute potentielle contamination”.

téléconsultation coronavirus

La recommandation officielle dans ce cas est d’appeler le 15. Ce qui pose de véritables problèmes d’engorgement. Evidemment, on pense alors à la téléconsultation, pratique qui entre progressivement dans les mœurs des patients et des médecins depuis sa prise en charge par l’Assurance Maladie en septembre 2018.

      Oui, la téléconsultation est un outil qui peut être pertinent pour ce type de situation, comme le suggère le dr Jean-Gabriel Jeannot par exemple. Sans doute, téléconsulter avec un médecin permettra de mieux orienter un patient. Faisons très attention, cependant, à ne pas attiser les peurs. “Promouvoir” la téléconsultation en ce moment, c’est aussi prendre le risque de générer des demandes superflues, gâchant ainsi un temps médical bien trop précieux en ce moment.

      Concentrons-nous sur les populations les plus à risque, en particulier les personnes âgées. Pour ces personnes, les professionnels en première ligne sont souvent les infirmiers. Il faut en priorité leur donner les moyens de se protéger, d’accéder facilement aux recommandations, et les rémunérer s’ils ne peuvent plus exercer (cf. par exemple ces articles des principaux syndicats : FNI, SNIILConvergence Infirmière). La téléconsultation peut également leur être utile, afin de dépister rapidement les formes sévères du Coronavirus. 
La Société Française de Santé Digitale invite ainsi « en priorité » à équiper les infirmiers. Pierre Simon en fait également une priorité dans son article “Les épidémies virales vont-elles contribuer au développement des téléconsultations médicales assistées d’un professionnel de santé ?
 
On voit enfin sur cet exemple l’importance, au-delà de la téléconsultation, d’avoir des organisations agiles, qui peuvent communiquer facilement et adapter leurs modes d’intervention en fonction des situations.

 

La gravité de la situation actuelle, qui intervient dans un contexte où le système de santé est déjà sous une très forte tension, mérite des comportements responsables, de la part de chacun.

Vincent Lambert, CEO d’idomed

Pour en savoir + sur l'outil et ses usages pour les infirmiers

Ou inscrivez-vous dès à présent !

Vous aimez cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin